VMG

VMG = Velocity made good. Ou pourquoi la ligne droite n’est pas toujours le chemin le plus rapide à la voile.

Dans notre Vendée Globe virtuel, cap2pbi doute de ma stratégie qui consiste à tirer des bords (plus précisément des bords au portant, avec de nombreux empannages) le long de la limite d’exclusion antarctique, plutôt que de la longer tout droit. Il écrit : « si je suivais VMG, il me mènerait tout droit en Australie ».  cap2pbi a raison, et tort.

VMG est défini comme la vitesse du bateau dans la direction du vent. Il y a plein d’articles sur le net qui décrivent ça, j’aime bien celui-ci, mais bien sûr il y en a plein d’autres. En gros, ça dit qu’il y a un angle optimum qui permet d’aller le plus vite possible dans la direction du vent, à une vitesse = VMGmax.

vmgEn fait il y a 2 VMGmax : une au près, l’autre au portant. Lorsqu’on dispose des polaires d’un bateau, ces angles peuvent être très facilement identifiés graphiquement : c’est l’angle où la vitesse du bateau est la plus grande dans l’axe du vent.

Par exemple pour cette polaire à 5 noeuds de vent pour l’ACC VSk5 on lit directement que :

  • la VMG au près est à 45° du vent
  • la VMG au portant est à 135

Tous les voileux ont fait l’expérience de la VMG au près : comme la vitesse de progression contre le vent est nulle, on comprend intuitivement et on expérimente facilement qu’il y a un « cap optimal » qui fait remonter plus vite au vent.

Mais comme la vitesse au vent arrière n’est pas nulle, on nourrit l’espoir qu’on ira plus vite sans empanner. C’est évidemment une erreur grossière.

Et qui plus est, tant que le cap cible est compris dans le cône de VMG, alors la route qui suit l’angle de VMG (sur un bord ET sur l’autre) est la route la plus rapide. Ca peut choquer, notamment dans les petits airs où l’angle de VMG au portant peut être de 135°, voire de 120° !

Sur le Vendée Globe Virtuel, nous sommes contraints d’éviter la Zone d’exclusion antarctique (ZEA) : ça oblige parfois à longer cette ligne avec des vents portants (on est dans l’Océan indien) quasiment vent arrière, ou presque. Et bien, la route directe est plus lente.

vendee-bernaches

Pour un 60′ IMOCA 60 du Vendée Globe, avec 25 nœuds de vent, la VMGmax est de 17,84 nœuds à 150°. Le tableau suivant indique l’écart de temps de navigation entre

  • la Vitesse en route directe (V-dir), en direction de la cible située à 100 milles,
  • le temps de parcours sur la route directe (t-dir)
  • le temps de parcours à la vitesse VMGmax avec le vent  au 150 (t-vmg), avec 1 empannage.
  • selon l’angle (gisement : cap/vent) du vent par rapport à la cible : 180° (plein vent arrière), 170°, 160°, 150° (vitesse maximale d’approche).
Cap/vent V-dir t-dir t-vmg Écart
180 15,7 6:22 5:36 12%
170 16,4 6:05 5:31 9%
160 18 5:33 5:16 5%
150 20,6 4:51 4:51 0%

L’écart est évidement le plus important au vent arrière, et reste significatif aux angles intermédiaires. 5% sur un tour du mode, c’est près de 4 jours !

Graphiquement, ça donne ça selon l’angle de vent :

route-vmg

Et donc cap2pbi a raison : s’il ne considère qu’un seul bord, ça le porte vers l’Australie ; et tort : car il faut considérer l’enchaînement des empannages qui mènent à la cible.

Ma simulation s’appuie sur les règles géométriques des triangles. Je tiens les calculs à votre disposition.

Share

Un vert en Autriche

Alexander Van der Bellen, un « Vert » libéral en culotte de peau. Certes, il a 72 ans, mais c’est pas un vert de gris.

Van der Bellen, ça fait un peu « vent des baleines » ….C’est cool !

Share

Vendée #3 – Pierre-Bénite, du riffifi aux Kerguelen

Dans cette bagarre planétaire où 430 000 skippers s’affrontent devant leurs écrans pour courir le Vendée Globe virtuel, les marins de Pierre-Bénite sont dans un mouchoir de poche en tête de course, en vue des Îles Kerguelen.

vendee-globe-pierre-benite

Nous sommes trois Pierre-Bénitains (c’est le gentilé de Pierre-Bénite) dans le groupe de tête :

  • cap2pbi (en bleu) tient la 1 400e place : Il est descendu très au Sud, pourra-t’il garder son avance ?
  • EDGE_555 (en noir, avec le petit bonhomme vert) défend âprement sa 2 600e place. Là, il lui faudrait sans doute lofer un chouia….
  • Manu-PB (en fuchsia, c’est moi, 2 750e). Voilà quelques jours que je cours derrière Edge. Je commence à croire que je vais bientôt le rattraper… J’empannerai cette nuit à 3 heures, après être « rentré profond dans le refus » (sic) ;-).
  • Et en noir avec le bonhomme orange, c’est Canard 44 qui me nargue depuis des jours : nous étions bord à bord au Cap Vert. Il n’est pas de Pierre-Bé, mais de Loire-Atlantique, une patrie de marins aux cales souillées.

J’imagine arriver au Cap Horn avant eux. Et je crois bien que je les dépasserai bien plus tôt que ça. On parie ? Rendez-vous d’ici jeudi 8, au sud du Cap Leeuwin…

Il y a 3 jours, je vous aurais aussi parlé de mes amis affiliés à la Base Nautique de Sciez ou riverains du Lac Léman (côte France) : c2ny, BNS, marc-opolo, ARJ 74, … . Las, mon dernier et très vénérable compétiteur  CCH-74 a choisi une route très Nord qui le pénalise provisoirement, et je me retrouve pour l’instant seul en tête de notre classement.

Share

Archivage sur un site web ?

Votre ordi brûle, s’écrase, coule, est volé ; c’est grave ? Vous avez perdu quoi ?

La dernière sauvegarde de votre ordinateur, elle date de quand :

  • A : Il y a 5 minutes ?
  • B : Hier soir ?
  • C : Le mois dernier ?
  • D : Je ne me souviens plus,
  • E : Euh, il faut sauvegarder quoi ?

Ceux qui répondent « Euh ? » sont de très mauvaise foi. On l’a dit, redit, répété : sauvegardez vos fichiers perso ! Souvent ! Parce que l’ordi peut brûler, s’écraser, couler, être volé, … être infecté par un virus, rançonné par CryptoLocker, …

Vite fait, je veux partager ici ma stratégie de sauvegarde de mes données.

  • Mes fichiers d’archives ( = les fichiers que j’utilise très rarement) sont stockés sur un disque dur physique (chez moi) ET sur le « Cloud » (Drive, DropBox, Hubic, … ) en mode « non synchronisé »  : je pourrai les récupérer si besoin ;
  • Mes fichiers actifs ( = ceux que j’utilise fréquemment) sont synchronisés sur le Cloud : je peux y accéder depuis n’importe quel ordi, depuis mon téléphone mobile ;
  • Tous les soirs, j’effectue une sauvegarde non synchronisée de mes fichiers actifs : j’utilise Cobian BackUp (gratuit) pour copier les fichiers sur l’hébergement d’un de mes sites internet. Si CrytoLocker passe demain matin, je rigole (bon, ça ne me fait pas rire parce que je vais avoir quelques heures de boulot, mais je sais que je retrouverai tout).

cyjung-ecrire-lesbien Au fait, pourquoi appeler cet article « archivage », plutôt que « sauvegarde » ? En écho à l’excellent article de Cy Jung « Un site Web peut-il constituer une archive ? » Moi, je fais l’inverse 😉

Pour le fun, voici sa « home page », en avril 2001. Vous avez dit droit à l’oubli ?

Share

Vendée #2

Jeudi soir, j’étais tout excité d’avoir pour la seconde fois de ma vie « passé la ligne » virtuelle. Et j’avais une très grande envie de raconter mes 10 premiers jours de mer, mes joies et mes erreurs, le pourquoi du comment, ce qui a dégradé mon classement, comment petit à petit je reviens dans la course. J’étais dans un état d’esprit à mi-chemin entre justification et rodomontade.

passer-la-ligneEn réalité, je suis vexé. Passé le Cap Finistère dans les 100 premiers, j’ai succombé aux chants des sirènes portugaises et marocaines qui promettaient des surfs vertigineux. Elles ont tenu parole, mais passé les Canaries il m’a fallu revenir sur … mer. J’ai perdu une bonne journée à me remettre en ligne avec les premiers, et me retrouver en 200 000ième position. J’ai beau me répéter que le mode de calcul est débile, ça m’a plombé.

Après 2 semaines de course, j’ai plus de 36 heures de retard sur les premiers. Ça m’inspire deux réflexions que je souhaite partager.

La première : est-ce que ça vaut la peine de continuer, alors que la victoire est impossible ? Les sponsors des coureurs réels doivent se poser cette question là : ils ont répondu et continuent à répondre  « oui ». C’est aujourd’hui « la primaire de la droite et du centre » : les 7 candidats et leurs partisans répondent également « oui ».

Alors, persévérer.

La seconde : « Ceux qui sont devant, si on marche dans leurs traces, on ne les rattrapera jamais ». Une copie, même si elle est remarquablement fidèle, n’existe qu’en référence à l’original. elle ne le dépasse jamais.

Alors, innover, oser.

Share

Hue ! Beau gosse !

hugo-bossLa blagounette est facile…

Hugo Boss est ce superbe voilier skippé par Alex Thomson. Vous savez, Alex, celui qui se jette à l’eau en costard, du haut du mat de son magnifique bateau noir !

Bon voilà, malgré son allure très « british » et grâce à ses foils, il est confortablement* installé en tête du Vendée Globe.

Un autre BG sur le VG Virtuel : je pointe ce soir à la 315ème place.

Hue !

* : confortablement est un euphémisme, car ça tape fort dans un 60 pieds lancé à 20 nœuds.

Share

Vent des Globes, c’est parti !

Voilà, c’est reparti. Vincent Riou a pris un départ magnifique.

Pour volja, ça a été plus laborieux : 150 000ème après une heure de course, nous voilà dans le top 10 000 à la tombée de la nuit. Cap au 245, 14 nœuds, je vais me reposer.

Le cap Finistère demain matin, et puis cap au sud ! Les prochaines semaines s’annoncent éprouvantes ! Je vous tiendrai au courant !

161106-vg

Pour mémoire : volja a terminé à la 604ème place en 2008.

Share

Françoise Robinet*

… ou pourquoi j’aurais (peut-être) dû faire appel à un plombier polonais.

 

tete-robinetCette image, c’est celle de la tête de robinet du jardin, qui fuyait tranquillement, goutte après goutte, seconde après seconde. Ça n’a l’air de rien, mais c’est kolossal : 18 litres par jour, 6500 litres par an, 500 douches !

OK, je vais remplacer le joint. Déjà 2-3 mois pour m’en occuper, je démonte la tête pour voir de quel joint il s’agit. Un premier voyage chez Leroy Merlin : Zut c’est pas le bon diamètre. Un second voyage : c’est le diamètre intérieur du joint qui n’est pas bon. Encore 2 mois et je vais chez Richardson, j’achète la tête complète. Las, le pas n’est pas le bon : ballot, j’ai confondu 21/150 avec 1/2 !

Ouf, ça y est, tout est en place, ça ne fuit plus.

Bilan :

  • 4 mois @ 18 litres / jour = 6 €
  • 2 A/R chez Leroy Merlin = 2 heures + 5 €
  • 2 A/R chez Richardson = 1 heure + 3 €

La prochaine fois, j’appelle un plombier polonais ?

* : Françoise ROBINET est mon aïeule à la 13ème génération (SOSA 6 387). Elle est née en 1619 et a vécu à Mirebeau (21). Elle a épousé Henry VIARD, brigadier des gardes du sel en 1643 (décès de Louis XIII et début de la Régence d’Anne d’Autriche, mère de Louis XIV). 

Share