Happiness!

When Charles De Gaulle decided to retire from public life, the British ambassador and his wife threw a gala dinner party in his honour.

At the dinner table the Ambassador’s wife was talking with Madame De Gaulle: « Your husband has been such a prominent public figure, such presence on the French and International scene for so many years! How quiet retirement will seem in comparison. What are you most looking forward to in these retirement years? »

« A  penis! »  replied Madame De Gaulle.

A huge hush fell over the table.  Everyone heard her answer…  and no one knew what to say next.

Le Grand Charles leaned over to his wife and said: « Ma chérie, ail bilive zat ze English pronounce zat word, « happiness! »

Share

Navigation #1

Il en est de la navigation sur le web, et tout particulièrement sur un blog, comme du cabotage : l’indexation des articles par des mots clés permet de naviguer de proche en proche, d’un article à l’autre, sans suivre nécessairement l’ordre chronologique ou thématique.

« Liberté » renvoie à « volja », qui rebondit sur « dauphin », auquel « chemin » fait écho…

La navigation dans cette carte euristique (mind map) numérique s’apparente au cheminement de la pensée, les associations d’idées s’enchaînent, la conscience progresse, l’ouverture devient palpable.

Bien sûr il y a des limites, dont celles de la sensibilité ou des croyances de l’auteur lorsqu’il définit les mots clés. Parti pris, subjectivité, mais c’est bien de cela qu’un blog se nourrit.

Bon surf !

Share

Fromage ou dessert ? #1

Cette question passionne les recruteurs et mes étudiants : « Fromage ou dessert ? »

Afin de poursuivre ma recherche, je vous la livre en sondage pour quelques jours. Je vous remercie de lui accorder votre vote bienveillant, je publierai bientôt le résultat du sondage, ainsi que mon analyse des réponses.

[poll id= »4″]

L’idée m’en a été inspirée par la visite du site www.apprendre-en-ligne.net que je recommande pour ses excellentes simulations du « dilemme du prisonnier ». J’aurai l’occasion aussi de vous faire part de mes conclusions sur les mécanismes facilitant la coopération. À la rubrique théorie des jeux, ils proposent des sondages « mathématico-psychologiques ».

Je tairai par pudeur mes propres réponses, mais certaines croyances sont surprenantes.

Pile ou face ? Alors que près de 20% ne se prononcent pas (là, je m’interroge !), 2 personnes sur 3 choisissent « pile » : gain facile 2 fois sur 3 !

Pierre, feuille, ciseaux ? Encore 12% d’indécis (là, les gars, il va falloir vous décider, ce n’est qu’un jeu après tout !). 40% répondent « pierre », 31% « feuille » et 29% « ciseaux ». Le choix « feuille » est donc gagnant.

Chiffre favori : le 7, pour 1/4 de la population. Facile !

Plus étrange est la réponse à la question suivante : « Un inconnu vous aborde dans la rue et vous dit: «On vient de me donner 100 Euros, mais je ne peux les garder que si j’en donne une partie à quelqu’un. Si vous refusez l’offre que je vais vous faire, ni vous ni moi ne toucherons d’argent. Je vous propose 10 euros.» : Près de 4 personnes sur 10 refusent ; et vous, vous répondriez quoi ?

Share

Neige #4

La neige décidément m’inspire beaucoup.  Ou plutôt les commentaires et les effets d’annonce qu’elle apporte avec elle.

«Je veux savoir si nous avons été en situation de risque de pénurie ou si nous avons été réellement en situation de pénurie». Au lendemain de l’immense pagaille qui a une nouvelle fois secoué l’aéroport de Roissy, la ministre de l’Ecologie et des Transports Nathalie Kosciusko-Morizet réclame des comptes. «J’ai demandé une mission d’inspection au conseil général de l’écologie et du développement durable sur la question du dégivrage avec des premiers retours prévus pour le 10 janvier», a déclaré samedi la ministre au terminal 2E de l’aéroport de Roissy. (rapporté par LeParisien.fr)

Bien sûr, le glycol est efficace pour le dégivrage des réacteurs et de nos pare-brise. Mais c’est également un produit toxique qui a causé la mort de soixante enfants à Haïti  – déjà – en 1996 (l’éthylène glycol se trouvait dans du sirop contre la toux).

Je sais bien que les gamins ne se baladent pas à quatre pattes sur les pistes de Roissy pour lècher le DEG sous la neige. Mais que notre ministre s’émeuve de la pénurie d’un produit nocif qui permet aux avions d’augmenter l’empreinte écologique, ça me sidère !

Peut-on être à la fois ministre de l’Écologie et des Transports ?

Et enfin, pourquoi ne s’intéresse-t-on pas davantage à toutes ces personnes, isolées dans des hameaux reculés, qui n’ont vu ni facteur ni boulanger depuis plusieurs jours ? Quel ministre s’est soucié d’eux, alors que champagne et saumon encombraient les généreux buffets parisiens ?

Je ne suis sans doute pas exemplaire, mais je pense à elles.

Share

Faut-il (se) justifier ?

Unanimité « stalinienne » au dernier sondage « Faut-il justifier les textes dans les articles du blog ? » : c’est OUI !

Au-delà de la préférence esthétique qui appartient à chacun, je retiens particulièrement l’avis éclairé de l’éminente écrivaine Cy Jung, qui indique : « Je suis très sensible aux questions de typo et le « fer à gauche » n’a été inventé que pour la machine à écrire (comme les guillemets pour les titres) ; l’ordinateur a permis de reprendre les règles chères à l’imprimerie. Ce sont celles que je préconise. »

Je vous recommande particulièrement son LexCy(que)©, où elle s’interroge sur les règles et l’usage du vocabulaire, de la grammaire et de l’orthographe.

Là par exemple, j’ai utilisé © plutôt que ®, s’agissant de la protection de son droit d’auteure plutôt que (de celle) de la marque… Tiens, je me justifie ?

Une question me vient : peut-on écrire « c’est OUI ! » ?

Une autre : fallait-il mettre un point pour terminer la phrase après « (…) que je préconise. » ?

Ah, ces règles de ponctuation ! Il est vrai que peu de blogueurs ont la chance d’avoir une sœur écrivaine… Comme je me doute qu’elle va lire ce billet, je lui laisse le soin d’enrichir.

Enrichi, c’est pas un terme d’imprimerie ça ? En tout cas mon ami retourne 128 000 réponses à « texte enrichi ».

[Edité] J’avais oublié de justifier l’article. 😉

Share

Je m’en fiche des fêtes ?

« Je m’en fiche des fêtes », dit Claudie.

« Je ne veux plus qu’on me souhaite « bon anniversaire ! », disait Mutti.

« Noël, ce truc catho ? Pff… », entend-on parfois.

Et puis – ou bien – la Réalité nous rattrape et s’impose  : un an de plus, une fête de plus, et c’est une nouvelle joie de se savoir, de se sentir, d’être reconnu vivant !

Quelle joie !

Réjouissons-nous de vivre l’instant, ici et maintenant.

Bien sûr, tout cela fait écho au vieillissement, à la peur de mourir. Et sans doute au regret du « alte gute Zeit » qui envahit notre mémoire et assèche notre soif de renouveau. Comme cette émotion fait partie de nous, accueillons-la en pleine conscience, avec la plus sincère bienveillance.

Vous avez dit Noël ? Cinquantans ? Merci !

Share

Escapade aux Halles

C’est une coutume, un rituel, appelez-ça comme vous le sentez : le 24 décembre, je me lève tôt pour aller – accompagné de Caddie – faire mes courses aux halles de Lyon  – baptisées Paul Bocuse, allez savoir comment, pourquoi ? – pour y faire mes achats pour le réveillon.

Passage obligé par La Mère Richard (saint -marcelin affiné et vacherin Mont d’Or), Rousseau (fines de claire n° 3), Pétrossian (saumon d’Ecosse), Gast (queues d’écrevisse, boudin), Pupier (poisson) et autres spécialistes de la bonne « cher » – oui, plutôt cher… C’est sûr, le budget excède largement celui de Franprix ou de Lidl, mais c’est fête ! Que du plaisir pour les yeux et le goût.

Et la cohue qui s’installe dès 8 heures… C’est un vrai plaisir, de croiser Madame et son teckel « si fatigué, qui a peur de tout ce bruit », Monsieur qui – comme moi – ne fait les courses qu’une fois l’an. De bons mots, des sourires complices, un régal ! On se quitte sans s’être vraiment rencontrés sur un sympathique « Joyeux Noël, bonnes fêtes ! », plutôt sympa.

D’habitude, je croise quelques copains / copines, mais personne ce matin. Dommage, je serais bien allé chez Merle croquer quelques huitres arrosées d’un verre de mâcon ou de viognier… À 8 heures du mat’ ? Bien sûr ! Bon, ce sera pour l’année prochaine !

Share

Mais qui-que-quoi-dont-où est volja ?

A l’été 2008, je prends une énorme décision : je devrais acheter un Primaat, histoire de remettre quelques pendules à l’heure.

Bien sur, j’avais imaginé de remettre Pongo à flot. Richard m’a accueilli chez lui, et m’a gentiment accompagné sur le chemin du renoncement … L’état de Pongo, abandonné sur le carreau du port de Balaruc, et appât pour les gogos en quête d’une place de port, ne justifie pas cet investissement sans doute trop lourd au plan sentimental.

Je cherche : un Primaat, avec ses espars d’origine en bois, en bon état.

Je le trouverai à Amsterdam, vendu par Louis Terra qui m’a aimablement accueilli et m’a fait découvrir la navigation en eaux intérieures en Hollande.

Le lest est court ? Simultanément, l’AVAL publie sur « leboncoin » son offre d’un lest long de primaat à céder ! Il provient d’un Primaat « bouffé par la mérule », qu’ils ont « dézingué ».

L’AVAL est une jeune association qui rassemble des passionnés de restauration de bateaux en bois, le Léman est un endroit magnifique, Dolfijn me séduit, je l’achète…

Bien sur le transport depuis Amsterdam vers Messery n’est pas donné, mais – comme le dit Jean-François – quand on a les yeux de l’amour…

Bon, Dolfijn, c’est un joli nom, mais ça ne me va pas.

Elle s’appellera volja

(Article paru le 18 novembre 2008 sur www.primaat.fr)

Share

Avez-vous déjà essayé de prêter de l’argent à un banquier ?

Non ?

C’est pourtant une expérience enrichissant (au moins pour lui, en théorie).

Mais non. Il est réticent, se fait prier, voire chicane.

C’est que l’argent, Monsieur, doit être lavé (je ne parle pas de blanchiment) de tout soupçon. l’origine des fonds doit être déclarée, contrôlée, certifiée.

Normal, quand même.

Comment ? Ca ne se faisait pas avant ?

Share

Le chemin, le but…

Le dernier commentaire de Michèle Chazeuil à « Du sollst der werden, der du bist« me fait penser à cette discussion sur « le chemin » et « le but ».

Il y aurait selon l’excellent bouquin « La stratégie du dauphin » – enfin quand je dis excellent : il est très mal écrit mais les concepts sont puissants – des individus que les auteurs, Dudley Lynch et Paul L. Kordis, décrivent comme des « carpes pseudo éclairées« 

Les carpes pseudo éclairées croient ceci : « Toutes les créatures devraient s’aimer et prendre soin les unes des autres. Pour qu’il en soit ainsi, tout ce que j’ai à faire c’est y croire »

Elles mettent de l’avant cette philosophie de différentes façons :

  • « ce n’est pas gagner ou perdre qui compte, c’est seulement la façon dont on jour le jeu », en un mot, l’historique : « l’important, c’est de participer », prononcé par Pierre de Frédy, baron de Coubertin. Heureusement qu’il n’a pas évoqué l’essentiel, le bougre !
  • « ce n’est pas l’arrivée qui compte, mais le voyage », donc peut importe si on arrive ou pas…
  • « je n’ai qu’à « lâcher prise », et tout ira bien », et bien lâche donc !

Je ris, mais je me reconnais si volontiers…

Share