Felix Baumgartner – Mach 1.24

Freefall from the edge of space

Une émotion semblable à celle éprouvée le 21 juillet 1969 : à grand renfort de techno, l’homme le plus haut (en ballon) et le plus vite (en chute libre) s’appelle Felix Baumgartner.

2 records : une altitude de 39 km et surtout une chute libre à 1341,9 km/h (Mach 1.24*) !

 » Parfois il faut monter très haut pour comprendre à quel point on est petit ! « . C’est Felix qui le dit.

Magnifique !

* : la vitesse du son est de 340 m/s au niveau de la mer, et aux alentours de 300 m/s dans les couches hautes de l’atmosphère.

Share

Le chemin, le but … #2

On parlait de tout et de rien avec Damien, et puis tout d’un coup jaillit dans la conversation – va savoir pourquoi – le Principe d’incertitude d’Heisenberg « on ne peut pas connaître en même temps la position et la vitesse ». Une fois « éprouvé » (c’est Damien qui insiste : mettre à l’épreuve) ce principe en regardant nos GPS embarqués sur son HTC et mon Samsung (nous étions bien au même endroit, mais le GPS ne savait pas nous dire vers où cette conversation allait nous mener), Damien est parti (direction) dans des considérations philosophiques. C’est l’un de ses grand talents … alors j’ai suivi.

Je résume :

  • La quête de sens (c’est du jargon de coachs, désolé) est dans le mouvement, et ne nous parle déjà plus de là où nous sommes,
  • La décision (je vais me préparer un bon gros steak) : itou.
  • Le besoin (j’ai faim) nous parle déjà de la nécessité du mouvement
  • Le désir (j’ai de l’appétit) est plus subtil : il nous parle de l’envie de bouger,

Alors vient la question : qu’est-ce qui précède le besoin, le désir, la décision ?

J’avance l’hypothèse que c’est la frustration, Damien rétorque qu’elle est l’expression d’un besoin insatisfait. Match nul, car si on a conscience que le besoin n’est pas assouvi, c’est qu’on est déjà en route !

Alors une piste : la méconnaissance de la frustration ? LE chaînon manquant ?

OK, mais s’il y a méconnaissance, c’est qu’on ne sait pas non plus là où l’on est ? On ne connaîtrait alors ni la position, ni la vitesse ? Heisenberg et mon GPS auraient tout faux ?

Je vais en parler à mon psy (oui, c’est un garçon maintenant).

Share

Tous imposables !

Téléphone à piècesCy me l’avait bien dit : « t’es qu’un foutu libéral qui se prétend de gauche ». Il faut dire qu’à l’époque je trouvais Madelin très sexy, ce que je continue à pense d’ailleurs depuis que j’investis dans le cadre de ladite « loi Madelin », avec toutes les exonération d’impôt qui vont bien…

A cette époque, nous n’avions pas de téléphone portable. Si, sI, je vous assure ! Alors tous les jeunes étudiants de ma génération maîtrisaient le « bidule » qui permettait de téléphoner sans (trop) se ruiner. Un bout de carton plié en 2 pour propulser la pièces de 20 centimes (de franc) dans la fente des pièces de 5 (toujours en francs). La belle aubaine pour qui devait appeler sa mie à l’autre bout de la France. J’espère bien qu’il y a prescription !

Ça, ça ne me choquait pas trop. Les lignes et les cabines étant installées, je m’imaginais volontiers que mon obole constituait une « contribution marginale » aux profits des P&T (on ne parlait pas encore de France Telecom et de ses pratiques managériales délictueuses, encore moins d’Orange qui balbutiait outre-manche).

En revanche, ce qui m’était insupportable (on dirait aujourd’hui « j’étais dég' »), c’est que ça ne marchait pas à tous les coups ! Parfois la cabine avait été DETRUITE par des (jeunes, forcément) délinquants, qui m’empêchait de téléphoner en rond…

C’est à cette époque que j’ai élaboré cette théorie frappée du bon sens : faire payer l’impôt à chacune et chacun, quels que soient ses revenus. Oh, pas grand chose, 5 à 10 francs, juste pour se rappeler que nous sommes tous citoyens, comptables de la bonne marche des services dits publics. Notez que 5 à 10 francs de l’époque correspondent à 10 à 20 euros d’aujourd’hui, c’est fou ce que la baguette de pain a augmenté !

Bon, voilà que notre jeune gouvernement gauchiste veut augmenter les impôts des retraités. Et bien je dis : Bravo ! (encore que ce ne sont sans doute pas nos anciens qui maltraitaient les cabines, n’est-ce pas ?) C’est pas suffisant, il faudra bien imposer aussi les chômeurs, ce qui en soi est une bonne idée puisqu’ils sont de plus en plus nombreux …

Vous n’êtes pas obligé d’être d’accord…

Share