Accélérer WordPress #7 – Serveur externe pour gros fichiers

Je n’arrive toujours pas à activer un CDN …

GIF animé coach-abondanceMais je me dis qu’un serveur externe rapide serait bien utile pour afficher les très gros fichiers graphiques, en particulier dans le header (background = 100 ko) et dans la page d’accueil (GIF animé = 400 ko, voir ci-contre), qui représentent plus de la moitié des infos de la page.

J’ai choisi Amazon S3 comme serveur de fichier. Ça marche plutôt bien et facilement, il semble que la première année soit gratuite… A voir !

NB : dans les paramètres « Metadata » des fichiers déposés dans le « bucket », il faut ajouter le champ « cache-control » avec la valeur « max-age=2952000 » (soit 1 mois).

De fait, selon GTMetrix, le temps de chargement de la page est réduit de moitié :-). Webpagetest (en DSL 1.5) est moins élogieux, l’avenir dira si le score « hors rebond » de Google Analytics s’améliore … ou pas !

Share

Accélérer WordPress #6 – CSS sprites

CSS spritesSelon les « canons » de l’accélération d’un blog, la réduction du nombre de requêtes est un « must ». A l’examen de mon site, il y a 5 appels de fichiers image dans le header.php. Si le total d’octets récupéré n’est pas énorme, à chaque fois il faut établir une connexion, soit 50-100 ms environ. Ce sont autant de requêtes qui retardent le chargement des autres éléments (puisque 5 requêtes sont exécutées simultanément).

Je lis quelque part que les « CSS sprites » sont une solution efficace. Tous les visuels sont inclus dans un seul fichier (voir image) qui n’est chargé qu’une seule fois (une fois pour toutes), et les images sont « extraites » de ce « master » selon le besoin. Par exemple ici, pour les 6 visuels je ne charge le fichier qu’une seule fois, et je réduis donc de 5 le nombre de requêtes.

Par la même occasion, les appels des images sont effectuées directement depuis le css, ce qui réduit d’autant le temps de téléchargement de la page (les css étant appelées après la page HTML).

[Edit] J’ai intégré ces images dans le fichier « background » hébergé sur Amazon S3. Elles sont cachées par le « container » et ça fait un requête en moins …

Share

Faire payer les retards ?

« Une commune du Territoire-de-Belfort a annoncé la mise en place une amende de 5 € par quart d’heure de retard, aux parents qui ne seront pas ponctuels pour venir chercher leurs enfants à la sortie de l’école«  (Ouest France, 10 avril 2013).

Intéressante question, examinons les arguments des protagonistes :

  • La mairie indique « certains parents viennent chercher leurs enfants après 18 h 30 et nous avons l’impression que ça se généralise ; nous devons payer les agents municipaux au delà de leur horaire de travail ; nous voulons juste faire respecter les règles »,
  • Les parents d’élèves s’insurgent « l’école est gratuite et obligatoire ; les parents font ce qu’ils peuvent ; c’est à la mairie de s’organiser ».

Dialogue de sourds, entre bureaucratie et assistanat…

Ce qui m’intéresse est plutôt : est-ce efficace ? Autrement dit, l’argent constitue-t-il une motivation suffisante pour ne pas être en retard ?

La désorganisation de la vie familiale des agents municipaux et le surcoût pour la mairie ne font aucun doute. Pour les parents, la limite est ténue entre « usager » du service public et « client » d’un service tout court… Au risque de déplaire à notre maire bureaucrate, plaçons-nous du côté de :

  • La famille Groseille : « Merdoum ! Le TER a (encore) 20 minutes de retard, je vais devoir payer 5 € (ce qui correspond peu ou prou à la moitié de mon salaire horaire, ou encore le prix de 7 baguettes de pain). Ils font chioum…
  • La famille Duquesnoy : « Oualoum ! Je vais tranquillement continuer mon shopping chez Fauchoum, 5 € c’est moins cher que la baby sitter…

La décision est donc profondément inéquitable, puisqu’elle est perçue ici comme une amende, là comme une permission.

Des études (désolé, je ne me souviens plus où j’ai lu ça, Sciences Humaines ?) ont montré que cette pratique est contre-productive, car en monnayant le retard, elle lui donne une légitimité assortie d’une valeur marchande, là où le service public (qui impose à chacun l’exigence du bien commun) devient un service tout court (que les plus aisés peuvent se permettre).

Monsieur le maire, rendez-vous dans un an pour le bilan ? (Au fait, dans un an, c’est pas les municipales?).

Share

Recrutement, mode d’emploi

Je reçois de Cécyle le mail suivant :

Bonjour à vous,

Comme vous le savez, je souhaite donner un nouveau tournant à ma carrière professionnelle, avec pour perspective de quitter Paris pour la région X.

Je suis à la recherche de tout poste en lien avec mon domaine de compétence, au sein notamment d’un conseil général, d’une mairie d’une grande ville, d’établissements d’enseignement ou de formation….

Aussi, consciente de l’importance des réseaux dans le contexte tendu du marché de l’emploi, je me permets de vous adresser mon CV et vous remercie de me faire savoir si vous avez connaissance de postes pouvant correspondre à ma recherche ; n’hésitez pas non plus à communiquer mon CV aux personnes que vous pensez pouvoir être intéressées par mon profil ou à me transmettre leurs coordonnées.

En espérant que cette démarche ne vous importunera pas, je vous adresse mes amitiés.

M.

Cécyle me prévient, très gentiment : « Je sais que tu es très sévère avec le recrutement, mais si ce CV t’inspire… 😉 C’est une amie ». Bon, pour Cécyle, pour son amie, je regarde en détail. Et lui fais le retour suivant :

M. n’a AUCUNE chance en procédant (processus) comme ça : On n’envoie pas son CV en demandant du boulot, car ça met tout le monde dans l’embarras vu que du boulot, surtout dans les collectivités locales, il n’y en a pas. Donc ça ne génère aucune réponse tangible. Si je suis un garçon sympa (mais irresponsable), je forwarde à un copain pour me décharger du problème ; si je suis las de recevoir ce type de demande, je jette à la corbeille.

Seule la « démarche réseau » fait sens : au  début, tu rencontres des gens très proches – sans enjeu – pour affiner le projet, l’argumentaire. Ensuite tu rencontres physiquement 10 personnes (toujours sans te mettre trop de pression), tu leur racontes ton histoire et leur demandes leur avis sur ton projet (les gens adorent donner des conseils, en plus ça permet de connaître le marché et d’ajuster le projet et l’argumentaire). Chacune te conseille d’en rencontrer 3 autres … En peu de temps tu as agrandi le cercle de tes connaissance personnelles à plus de 300 personnes, qui parlent de toi comme de quelqu’un de charmant, motivé, compétent, avec un beau projet … Et un beau jour il y a quelqu’un qui se rappelle d’avoir rencontré une charmante et compétente personne qui pourrait bien prendre le poste qui vient juste d’être créé, ou de se libérer. Bon, je ne vais pas faire un cours sur la gestion des réseaux, si j’étais aussi pro que je le raconte, ça se saurait …

Mais le meilleur est à mes yeux l’accumulation des erreurs de communication (contenu) dans le message de M.

  • « Comme vous le savez » : ben non, je ne le savais pas, du coup j’ai l’air bête, non ? Ça met tout de suite une distance entre nous. Même si c’est transmis par Cécyle, rien n’y fait, je me sens étranger au projet de M..
  • « Je suis à la recherche de « tout poste » : y compris éboueuse, technicienne de surface? Mon conseil : ne pas hésiter à parler concrètement du projet : bien sûr, certains ne seront pas séduits, mais ceux là ne sont pas utiles. Il te faut M. assumer tes désirs et capter l’attention.
  • « en lien avec mon domaine de compétence » : comme je suis un peu vicelard, je me fais des idées … Mais plus sérieusement : quelles sont tes compétences, faut-il que je lise le CV pour le savoir ?
  • « CG, mairie, enseignement, formation » : c’est bien différent tout ça, des structures aux missions / tailles très complémentaires, mais quel est le lien entre elles et toi ?
  • « d’une mairie d’une « grande » ville » : pourquoi, les petites sentent mauvais ?
  • « consciente de l’importance des réseaux dans le contexte tendu du marché de l’emploi, je me permets de vous adresser mon CV » : relire les paragraphes précédents.
  • « je me permets de vous adresser mon CV » : permettez-vous donc ! Là, 2 remarques : balancer un CV « standard » n’a pas de sens, un CV doit être ciblé pour répondre à un job précis ; et aucun CV n’est envoyé au format Word, seul le PDF a droit de CiVi.
  • « et vous remercie de me faire savoir si vous avez connaissance de postes » : Ben tien, c’est à moi de devenir chasseur ?
  • « n’hésitez pas non plus à communiquer mon CV aux personnes que vous pensez pouvoir être intéressées par mon profil ou à me transmettre leurs coordonnées » : voilà la confirmation. C’est le pompon ! M. « exporte » son stress …
  • « En espérant que cette démarche ne vous importunera pas » : ben voyons !

En tout cas, merci M. de cette opportunité que tu me donnes de rappeler quelques règles élémentaires d’animation du réseau…

Un autre rappel : contrairement à ce qu’on nous enseigne, la communication n’est pas centrée sur cible-message-media. Elle doit nourrir le besoin de l’autre. En l’occurrence, faute de besoin spécifique quant au projet de M., je pourrais répondre pour satisfaire mon besoin « universel » d’être utile, de conseiller, d’aider autrui. Mais ce ressort n’a pas été « remonté » par la demande de M.

Share

Cahuzac @ Groupama

Interesting …

Je souscris auprès de Groupama une assurance « Navigation de plaisance » pour mon voilier Silver Wings. Pas trop mal, 72 € par an, contact aimable et professionnel. (Je n’en dirais as autant de la MAIF, qui m’a « assuré » que ce bateau n’existe pas et n’a pas trouvé de solution  … ils ne connaissent sans doute que les « bénéto » et autres « jano »….).

Déjà, je dois réclamer le contrat que je n’ai pas reçu, et toujours pas les conditions générales et particulières… Quel est le montant de ma RC ? Mystère !

Et puis finalement je reçois quelques documents, qui m’indiquent que les échéances seront prélevées sur mon compte pro. Pas de souci, la future loi d’amnistie « Cahuzac » va sans doute me protéger de cet abus de biens sociaux….  Je leur avais pourtant précisé que c’est perso, pas à usage professionnel ! Oui mais Monsieur, comme vous avez un compte pro chez nous …

Difficile de moraliser la vie économique … alors que dire de la vie politique !

Belle invention : un conseiller va me rappeler. J’attends de pied marin !

Share