Françoise Robinet*

… ou pourquoi j’aurais (peut-être) dû faire appel à un plombier polonais.

 

tete-robinetCette image, c’est celle de la tête de robinet du jardin, qui fuyait tranquillement, goutte après goutte, seconde après seconde. Ça n’a l’air de rien, mais c’est kolossal : 18 litres par jour, 6500 litres par an, 500 douches !

OK, je vais remplacer le joint. Déjà 2-3 mois pour m’en occuper, je démonte la tête pour voir de quel joint il s’agit. Un premier voyage chez Leroy Merlin : Zut c’est pas le bon diamètre. Un second voyage : c’est le diamètre intérieur du joint qui n’est pas bon. Encore 2 mois et je vais chez Richardson, j’achète la tête complète. Las, le pas n’est pas le bon : ballot, j’ai confondu 21/150 avec 1/2 !

Ouf, ça y est, tout est en place, ça ne fuit plus.

Bilan :

  • 4 mois @ 18 litres / jour = 6 €
  • 2 A/R chez Leroy Merlin = 2 heures + 5 €
  • 2 A/R chez Richardson = 1 heure + 3 €

La prochaine fois, j’appelle un plombier polonais ?

* : Françoise ROBINET est mon aïeule à la 13ème génération (SOSA 6 387). Elle est née en 1619 et a vécu à Mirebeau (21). Elle a épousé Henry VIARD, brigadier des gardes du sel en 1643 (décès de Louis XIII et début de la Régence d’Anne d’Autriche, mère de Louis XIV). 

1 réflexion sur « Françoise Robinet* »

  1. Jean Robinet, paysan-écrivain, est auteur de plusieurs ouvrages sur la paysannerie française. Son « Mont-Cierge » (Flammarion 1985) m’a été offert par mes parents le 24 septembre 1986, lors de leur cinquantième anniversaire de Mariage.
    La grande Colette a lu « La maison rustique des Dames » (1884), de Madame Millet Robinet (1801-1890).
    Jean Robinet était marié à Gabrielle Collinot de Viévigne = famille de notre tante Marthe mariée à Paul Tournois que j’ai bien connus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *